jeudi 24 mars 2016

ROSA GOLDMARK




Rosa, à droite...


Ce blog, simple trace informatique, se veut le témoin d'une vie choisie parmi tant d'autres : la jeune Rosa GOLDMARK (1927 - 1945 ) 

"Pourquoi elle  ?" demande t'on souvent.

Parce qu'une vie, c'est l'Humanité toute entière.

Sylvie Goll

Tout geste de Mémoire est un geste contre l'oubli.

Ce blog est dédié à Rosa GOLDMARK

A ses parents, Isidor et Chane, à Adèle sa sœur.

Le 4 octobre 2015
Rosa est entrée au Mémorial de la Shoah (Paris)
Présentation de l'ouvrage 
"Vous êtes venus me chercher" 

Mémorial de la Shoah - Paris

 

Merci aux visiteurs de ce blog qui, depuis plusieurs mois, viennent à la rencontre de Rosa (nombreuses régions de France, Londres, New-York, Bruxelles, Moscou, Berlin, Vienne...et certaines villes de Chine).

Vous pouvez écrire à l'adresse suivante :  gollsylvie@gmail.com

L'histoire de Rosa ne s'éteint pas. Elle aurait voulu retrouver ses parents, une tante, un oncle, une racine de sa famille... La parole vous est donnée, vous qui la lirez. Merci...si vous savez...de communiquer la moindre information. 

J'en appelle à la mémoire de Vienne, de Bruxelles, de la Hollande...de la France, de la Demi-lune.

Après la parution de l'ouvrage, l'enquête s'est poursuivie, révélant que Rosa avait une sœur, Adèle, (1921-1943) récemment "découverte" ce 17 septembre 2015 sur un site étranger.

Adèle épouse Mordka FRYDMAN en 1942. Ils meurent tous les deux  à Sobibor en 1943, assassinés. 

Voici son visage. Tel un oiseau dans la tourmente. Elle avait 22 ans.



   Rosa avait aussi un ami, qui nous a quittés ce jeudi 29 mars 2018. 

Il s'appelait Edgar Chaïm et faisait partie des "grands" du château de la Hille.

Patiemment, clairement, avec une gentillesse infinie, Edgar confirma, en 2014, que Rosa n'était pas folle.

A ce jour, elle lui tient la main.

 

 

Sylvie Goll
Rosa Goldmark

               
               
L’histoire de Rosa GOLDMARK (1927 – 1945), c’est le récit d’une rencontre, au bout de l’horreur et de l’oubli.

Comme des dizaines d’enfants juifs poursuivis par le nazisme, Rosa fut  cachée au château de la Hille en Ariège, durant la sombre période du gouvernement de Vichy. Si  certains de ces enfants ont pu survivre et transmettre leur mémoire, si d’autres ont malheureusement été déportés, assassinés, la jeune Rosa GOLDMARK a subi un autre chemin.

Née à Vienne, en Autriche, le 28 octobre 1927, la fin de son existence reste un mystère. Déclarée morte au printemps 1944, elle est décédée, en réalité, le 15 juin 1945, à l’hôpital psychiatrique de la Demi-lune à Lannemezan (65), après avoir supplié pendant des mois que l’on vienne la chercher.

Rosa n’était pas folle. De juin 1944 à juin 1945, elle vivait.

Mal, mais elle vivait, et personne ne le savait. Parce que sa courte vie fut une tragédie, parce que Rosa voulait être aimée, « populaire »,  Sylvie GOLL a décidé de marcher sur les pas de Rosa, et de chercher, en Belgique, en Suisse, aux Etats-Unis, en France, pour rassembler quelques documents et redonner vie à cette petite jeune fille oubliée de tous. Elle découvrira l’indicible à Lannemezan.



« Rosa ne m’a rien demandé.

J’ai seulement entendu son cri, car les êtres oubliés crient. »


Dans ce monde de souffrances et de secrets, l'auteur dénoue les énigmes, amène des réponses et rend à Rosa un hommage poignant.
Un récit dur, émouvant, mais aussi un message d’espoir.





  

6 commentaires:

  1. un petit clin d'oeil à Rosa sur ma page Facebook ...
    "Au hasard de la découverte du château de la Hille, l'auteur s'intéresse à son histoire durant la 2e GM. 2e lieu refuge d'une "colonie" d'enfants juifs débarqués d'un train venant de Belgique, la Croix Rouge suisse trouvera cet îlot de paix durant quelques temps. Une petite fille attire l'attention de l'auteur et une infatigable recherche va l'emmener jusque dans un ancien bâtiment désaffecté de l'hôpital psychiatrique de Lannemezan. Pourquoi Rosa y fut enfermée ??, pourquoi criait t-elle à chaque visite, "vous êtes venu me chercher..." Un recherche remplie de sensibilité, à laquelle on se laisse prendre doucement au fil des pages... Difficile de refermer le livre sans se dire qu'il manque une suite ... Un bon moment de lecture, un auteur qui se démène pour faire connaître Rosa Goldmark auprès des enfants dans les écoles, ou lors de ses conférences. Une victoire également pour Sylvie Goll-Solinas, le nom de Rosa est maintenant inscrit dans la pierre du mur des victimes de la Shoa, en Israël".
    JPP

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. bon courage Sylvie pour votre performance au mémorial de la Shoa

    RépondreSupprimer
  4. Rosa oubliée, abandonnée par la croix rouge, la Suisse et la France, puis jetée dans les oubliettes des hôpitaux "spécialisés" par une personne.Rosa revis grâce à vous et vous levez le voile sur les noirceurs de certaines âmes, vous l'extirpez de l'oubli de toute vos forces, vous forcez le monde à voir sa beauté, vous lui rendez la lumière.
    C'est purement extraordinaire.
    Bravo et merci Madame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment. Depuis, l'enquête s'est poursuivie... Le père de Rosa a été gazé à Sodibor ainsi que la sœur de Rosa (personne ne savait qu'elle avait une sœur plus âgée )Cette sœur a été assassinée avec son mari. La mère de Rosa a fait une chute mortelle du haut d'un toit en Belgique. Pourquoi du haut d'un toit ? toutes et tous étaient morts quand Rosa est entrée dans l'asile. Elle ne le sut jamais.

      Supprimer
  5. Bonjour,

    Je ne suis pas certain que cela peut vous aider mais il existe en allemand plus d'ouvrages sur le château de la Hille qu'en français.

    Mais peut-être connaissez-vous déjà cette page :
    https://de.wikipedia.org/wiki/Sebastian_Steiger

    RépondreSupprimer